Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ON LANCE LE DEBAT

BRADER L’EDUCATION POUR SAUVER UNE BANQUE

22 Avril 2014 , Rédigé par ON LANCE LE DEBAT Publié dans #actualites

BRADER L’EDUCATION POUR SAUVER UNE BANQUE

Les conséquences de la crise des « subprimes » et autres actifs « pourris » ne cessent de générer des situations critiques pour les populations qui subissent les conséquences de la spéculation : programmes de rigueur et d’austérité, chômage… Et malgré les différents plans de sauvetage financés par les capitales européennes via les deniers publics prélevés aux contribuables que nous sommes, la conjoncture demeure préoccupante et particulièrement anxiogène.

Si l’histoire que nous allons vous conter ne se déroule pas en France, elle se passe dans un pays dont le modèle de développement est proche du notre : l’Autriche.

Après avoir été nationalisée en 2009, la banque Hypo Alpe Adria (HAA) n’est pas parvenue à se refinancer sur les marchés du fait d’un portefeuille composé de diverses créances douteuses. La situation est aujourd’hui telle que Vienne doit imaginer un énième coûteux plan de recapitalisation ou de rachat de créances pour éviter la faillite de cet établissement. Une faillite qui pourrait être systémique pour quelques autres agents régionaux.

Plutôt que d’emprunter sur les marchés au risque de dépasser le seuil des 3% de déficits imposé par le pacte de stabilité monétaire européen, Vienne envisage de tailler le budget de l’Education pour inscrire une ligne comptable afférente à HAA.

Les conséquences, déjà anticipées par le gouvernement, ne manqueront pas de modifier le quotidien des élèves et de leurs professeurs : les effectifs pourront dépasser le seuil de 30 enfants par classe, la rémunération des enseignants devrait être gelée…

Dans un Etat qui dépense déjà moins que ses voisins en matière d’Education (3.6% du PIB contre 4% en moyenne au sein de l’OCDE), cette mesure « d’injustice sociale » nous rappelle que la crise est loin d’être solutionnée. Mais de cela, en France avec notre courbe du chômage, nous l’avions déjà compris !

Partager cet article

Commenter cet article